Visio Professional 2016 Key SQL Server 2012 Standard Key Adobe CS6 Master Collection Key

Fouque, les origines

Depuis 1864, à Signes, 5 générations de confiseurs, ont transmis et transmettent leur passion du Nougat. A l’origine, la maison Fouque avait de multiples activités : biscuits, bonbons, pâtisseries fines, fruits confits, sirops et nougats. Grâce à ces deux dernières spécialités nous avons obtenu les différentes médailles d’or et d’argent qui ont contribuées à la renommée de notre confiserie.

Cette renommée est fondée sur une recette ancestrale, une méthode de fabrication et une sélection rigoureuse des ingrédients, en particulier des miels et amandes.

Notre fabrication suit la tradition des fêtes Provençales de Noël; vous donc déguster notre nougat uniquement de septembre à décembre. Chaudrons de cuivre et malaxeurs plus que centenaires ont conservé leurs fonctions et restent toujours fidèles au rendez-vous. Notre famille, très attachée à une qualité reconnue par les félibres et les gourmets de Provence, fabrique uniquement pour les fêtes de fin d’année, les nougats blancs et noir qui s’imposent sur la table calendale à la place d’honneur parmi les treize desserts. Et depuis plus d’un siècle, ce sont chaque jour, les mêmes gestes toujours répétés, observant avec soin les dosages et les temps de cuisson qui restent autant de secrets de famille légués par Baptistin Fouque.

Tradition oblige… Pour emballer barres et papillotes, une main-d’oeuvre villageoise est réunie autour d’un bon feu de bois.
Quelle machine pourrait remplacer le tour de main de ces femmes ? En racontant les dernières nouvelles dans la langue de Mistral, elles sont le témoignage d’un passé toujours vivant. Le temps a fait son oeuvre. Depuis longtemps, le Nougat Fouque a quitté les bords du Gapeau pour conquérir la Provence. Mais la confrérie des gourmets élargit chaque année son cercle d’amateurs. Aujourd’hui, c’est d’Amérique et d’ailleurs que parviennent les commandes. Elles émanent sans doute de familles mistraliennes exilées qui se souviennent que dans les plis de la Sainte-Baume l’histoire se raconte aussi avec la douceur du miel et des amandes.